Blue Flower

Google vient de faire un bond en avant dans l'informatique. En utilisant l'ordinateur quantique le plus à la pointe de la technologie, appelé Sycamore, Google a revendiqué sa " suprématie quantique " sur les superordinateurs les plus puissants du monde en résolvant un problème considéré comme pratiquement impossible pour les machines normales.

 

Résultat de recherche d'images pour "ordinateur quantique"

 

L'ordinateur quantique a terminé le calcul en 200 secondes. Ce même calcul prendrait, même pour les plus puissants supercalculateurs, environ 10.000 ans pour être terminé, rapporte l'équipe de chercheurs dirigée par John Martinis, un physicien expérimental à l'Université de Californie, Santa Barbara, dans leur étude publiée mercredi (23 octobre) dans la revue Nature.

"Il est probable que le temps de simulation classique, actuellement estimé à 10.000 ans, soit réduit grâce à l'amélioration du matériel et des algorithmes classiques", a déclaré Brooks Foxen, un chercheur étudiant de troisième cycle dans le laboratoire de Martinis, dans un communiqué. "Mais comme nous sommes actuellement 1,5 trillion de fois plus rapides, nous nous sentons à l'aise pour revendiquer cette réalisation ", a-t-il ajouté, faisant référence à la suprématie des ordinateurs quantiques.

 

Mais IBM n'est pas d'accord.

 

Cependant, dans une objection de dernière minute, le principal rival de Google en matière d'informatique quantique a affirmé que le seuil de la suprématie quantique n'a pas encore été franchi. Dans un document mis en ligne le lundi 21 octobre 2019, IBM a fourni la preuve que le supercalculateur le plus puissant du monde peut presque suivre le rythme de la nouvelle machine quantique de Google. En conséquence, IBM a fait valoir que la revendication de Google devrait être reçue "avec une grande dose de scepticisme".